Accessibility links

Entèvyou Thomas Adams, Kowòdonatè Espesyal Depatman Deta a pou Ayiti, avèk Lavwadlamerik.

  • J. Lyonesl Desmarattes

Thomas Adams, Kowòdonatè Espesyal Depatman Deta pou Ayiti.
Nan yon entèvyou Kowòdonatè Espesyal Depatman Deta a pou Ayiti, Thomas Adams, bay Lavwadlamerik, li reponn kesyon Lyonel Desmarattes sou divès pwen ki gen rapò ak relasyon ant Ayiti ak Lèzetazini, tankou kowoperasyon ki egziste ant 2 peyi yo avèk yon aksan espesyal sou asistans Washington pote bay òganizasyon eleksyon yo pi ta ane sa a ann Ayiti. Pami lòt tèm entèvyou a, genyen:
- Somè Dèzamerik la ki pral dewoule o Panama vandredi ak samdi 10 ak 11 avril 2015;
- Resan vwayaj Thomas Adams ann Ayiti ak kesyon li te diskite nan rankont li ak otorite peyi a;
- Diskisyon li te genyen ak otorite yo nan Repiblik Dominikèn sou estati imigan ayisyen kap viv san dikiman nan peyi sa a;
-demand ekstradisyon ansyèn senatris Mirlande Pavert Libérus nan kad pwosè jounalis Jean Dominique la epi, antwòt, pwochen eleksyon yo ann Ayiti.

Pou n kontinye nap rapòte tèks kesyon Sèvis Kreyòl la te poze ak repons Misye Adams te bay nan okazyon entèvyou sa a ki te fèt nan lang franse a. Si w klike sou lyen ki akonpaye repòtaj sa a, ou kapab tande vèsyou « audio » entèvyou a.

===========================================
Lyonel Desmarattes : Thomas Adams, bienvenu au Service Créole de La Voix de l’Amérique.
Thomas Adams: Merci. C’est un grand plaisir d’être ici.
Q. 1. Comme vous le savez, Monsieur le Coordonnateur, Le Panama va recevoir bientôt (le vendredi 10 et le samedi 11 avril 2015) la 7ème édition du Sommet des Amériques où Les Etats Unis seront représentés, entre autres, par le Président Barack Obama et le Secrétaire d’Etat John Kerry. Quelle est l’importance de cette rencontre régionale pour Les Etats Unis ? Et pouvez-vous aussi nous parler des progrès réalisés par les Amériques depuis le dernier sommet à Cartagena, en Colombie ?
R.1. Ce sommet est très important. Comme vous le savez, il a lieu tous les deux ans. Cette importance est rehaussée par le fait que le Président Obama et le Secrétaire d’Etat Kerry seront là tous les deux pour représenter les Etats Unis. C’est une opportunité pour faire avancer nos intérêts dans l’hémisphère. Ce qui a changé, ce sont les divisions qu’il y avait dans l’hémisphère et qui étaient apparentes il y a deux ans ; elles se sont améliorées avec la nouvelle approche vis-à-vis Cuba.
Q. 2. Comme vous l’avez dit, le Président des Etats Unis, Barack Obama, et le Secrétaire d’Etat John Kerry seront présents au Sommet des Amériques au Panama. Les nouvelles disent que pour la première fois Cuba va assister au sommet sur l’invitation personnelle du Président Obama. Quelles sont les raisons qui justifient cette invitation ? Et puis, est-ce que vous pouvez nous parler des changements réalisés à Cuba – s’il y en a- lorsque nous pensons que pendant longtemps Cuba a été classé par Washington comme un pays violateur des droits humains, entre autres accusations ?
R. 2. - C’est une bonne question. Il faut que je dise d’abord que je ne suis pas un expert sur les affaires cubaines ; je m’y connais un peu plutôt sur les sujets concernant Haiti. Ce que je comprends, c’est que Cuba sera là, certainement; mais il y aura aussi une grande représentation de la société civile de Cuba et des autres pays de l’hémisphère, car il est très important que leurs voix soient entendues à ce rendez-vous important.
Q-3 . Il n’y a pas longtemps vous avez fait une visite en Haïti avec l’Assistant Secrétaire d’Etat Thomas Shannon. Est-ce que vous pouvez nous parler des rencontres que vous avez faites avec les autorités haïtiennes et surtout des résultats de ces rencontres ?
R. 3. Oui, bien sûr. On a eu un rendez-vous avec le Président Martelly, le Premier Ministre Evans Paul, et le Ministre des Affaires Etrangères Duly Brutus était là. On a eu des discussions au sujet des élections. Au cours de ces élections, comme vous le savez, tous les postes électifs seront en jeu cette année. Elles se feront en trois tours ; et dans un sens administratif ce sera assez compliqué. Nous et les autres bailleurs de fonds en Haïti, nous allons soutenir ces élections financièrement et avec de l’expertise. La MINUSTAH sera là aussi pour offrir le même type de support qu’elle avait offert au cours des dernières années ; mais comme la MUNISTAH a diminué en effectif, un peu plus d’effort sera nécessaire du coté du gouvernement haïtien et on est en train de faire la planification pour ça.
Q-4 : Monsieur le coordonnateur, depuis votre visite en Haïti, on a assisté à une baisse des tensions politiques, les émeutes des rues ont disparu et l’opposition a annoncé sa participation aux prochaines élections. 1. Peut–on associer ce changement positif à votre récente visite et puis 2. Quelle est votre opinion sur le calendrier électoral qui prévoit des élections en trois tours ?
R. 4. - Eh bien, non. Moi, je ne mérite pas de crédits. Tout le crédit doit aller plutôt au Président Martelly et à l’opposition qui ont pris des engagements pour faire aboutir le processus à la fin de l’année. Je pense que tous les grands partis politiques sont d’accord avec ces élections, avec le CEP, avec la manière dont Haïti doit progresser et avancer. La température politique est très bonne maintenant. Comme vous l’avez dit, il n’y a pas de grandes manifestations politiques là-bas et nous espérons que les élections auront lieu dans une atmosphère de paix et seront totalement inclusives.
Q. 5. Avant votre visite en Haïti, vous êtes allé en République Dominicaine où, d’après certaines estimations, vivent environ un quart de million d’Haïtiens –immigrants D’Haïti ou leurs enfants qui ont pris naissance là-bas. Nos informations indiquent que la majorité d’entre eux n’ont pas de pièces d’identité et ne parlons pas de certificats de nationalité ou de citoyenneté. Est-ce que vous avez abordé avec les autorités dominicaines ce point brulant des relations entre les deux pays?
R-5. On a eu de bonnes discussions, principalement avec le Ministre des Affaires Etrangères Navarro et aussi le Président Medina. Cette une situation assez compliquée pour eux; parce que cela a infiltré le domaine de leur politique national, comme cela arrive parfois dans notre pays. Mais je pense que nous avons eu de bonnes discussions pour essayer d’améliorer la situation là-bas. Il faut dire aussi que, le vendredi précédent, le Ministre des Affaires Etrangères Brutus avait eu un rendez-vous avec son homologue dominicain, le Ministre Navarro; il y a une bonne coordination et de bonnes discussions entre les deux pays à travers leur commission binationale.
Q-6 . Une autre question d’intérêt pour notre public en Haïti et dans la diaspora : Ce sont les démarches faites actuellement par le gouvernement d’Haïti –plus précisément le Ministère de la Justice- pour obtenir le retour en Haïti d’une ancienne sénatrice (je parle de Madame Mirlande Pavert Libérus) qui est demandée par la justice haïtienne pour répondre aux questions relatives à son implication présumée au complot d’assassinat du journaliste bien connu et directeur de média Jean Léopold Dominique et de son assistant Jean Claude Louissaint. Quelles sont les chances de succès de ces démarches du gouvernement haïtien auprès de la justice américaine ?
R-6.- Malheureusement je ne peux rien dire sur ce sujet, parce que notre pratique concernant tous les pays qui font une demande d’extradition, c’est de ne pas confirmer ou parler de ces demandes.
Q-7. Pour terminer, Monsieur le Coordonnateur, est-ce vous pouvez résumer pour nous l’état actuel des relations entre Haïti et les Etats Unis avec un accent sur l’aide que votre pays a apporté et continuera d’apporter à l’organisation des élections ?
R. 7. Comme vous le savez, les relations entre Haïti et les Etats-Unis sont très fortes. Nous avons des liens historiques. Nous avons dans notre pays un million et demi d’Américains d’origine haïtienne qui sont très intéressés à ce que nous ayons de bonnes relations ; et on a un grand support du Congrès et du peuple américains pour aider Haïti surtout après le séisme. Le Congrès a attribué plus de 4 milliards de dollars d’aide à la coopération avec Haïti; et nous avons déjà décaissé plus des deux tiers (2/3) de cet argent pour financer beaucoup de projets. Comme vous le savez, on a construit le plus grand parc industriel de La Caraïbe, à Caracol; la moitié de la population haïtienne reçoit des soins médicaux dans des centres financés par Les Etats Unis ; si vous avez visité Haïti au cours des dernières années, vous avez dû remarquer que les camps d’hébergement ont pratiquement disparu, et il y a du progrès visible dans beaucoup d’autres domaines là-bas. Mais, notre implication en Haïti ne fait que commencer; le pays a beaucoup de problèmes et nous resterons toujours engagés aux côtés des Haïtiens pour essayer de résoudre ces problèmes, faire avancer le pays sur le plan économique surtout et dans d’autres domaines aussi.
L. Desmarattes: Thomas Adams, coordonnateur spécial du Département d’Etat pour Haïti, le Service Créole de La Voix de l’Amérique vous remercie beaucoup.
T. Adams : C’est à moi de vous remercier.
XS
SM
MD
LG